L’écrivain a tout d’abord évoqué son enfance berruyère qu’il a, aussitôt, mise en parallèle avec celle de Jacques Cœur.
Ce personnage du XVème siècle l’a inspiré et sa vie quotidienne, peu connue, a permis au romancier de donner libre cours à son imagination.

Des scènes pleines de symboles jalonnent l’œuvre de Jean-Christophe Rufin ...
Telle cette peau de léopard surgissant au milieu des tristes peaux de lapin ordinaires dans l’atelier du pelletier Cœur père ...
Extraordinaire, lumineuse, elle évoque les contrées lointaines que le futur argentier du Roy arpentera plus tard ...

Quant à la rencontre de Jacques Cœur et Charles VII, pleine de mystère, l’académicien la situe Salle du Duc-Jean dans un clair-obscur troublant et équivoque.

L’auteur a imaginé l’exil de Jacques Cœur sur l’île de Chio en s’inspirant de sa propre expérience.
Ambassadeur de France au Sénégal pendant 3 ans, Jean-Christophe Rufin a connu les ors de la République et son cortège d’obligations et de serviteurs, et le retour soudain à la vie de Monsieur Tout-le-monde l’a interpellé ...

A la fin du XVème siècle, grâce à Jacques Cœur et ses voyages en Orient, une nouvelle vision du monde s’impose à la société en marche vers la Renaissance.
Avec beaucoup de gentillesse et d’humour, le lauréat du Prix Goncourt 2001 a ensuite répondu aux questions du public sur les thèmes de ses différents romans et la genèse de ses inspirations.

Conférence J-C. Rufin Malgré sa fatigue, l’académicien s’est encore plié fort aimablement à une longue séance de dédicaces. Le public, sans nul doute, gardera un souvenir particulier de cette soirée placée sous le signe de la simplicité.

Jean-Christophe Rufin, Académicien

Après les dédicaces En toute simplicité En toute simplicité


Lire le reportage du Berry Républicain du lundi 16 novembre 2015