Les Gaulois de la Civitas Biturigum étaient, avant la conquête de César, plus enclins à s’enivrer à la bière qu’à cultiver les ceps et à vinifier.

En Berry, des amphores, dont le contenu le plus fréquent était du vin, ont été sorties de plusieurs habitats antiques mais aussi de lieux de sépulture. Par ailleurs, un sondage a livré un sol jonché d’amphores pilées évoquant les pratiques cultuelles et rituelles pratiquées dans les sanctuaires gaulois.
L’origine des amphores est variée mais atteste que les importations en provenance du bassin méditerranéen ont été précoces.

Entrée : 4 euros pour les adhérents et 6 euros pour les non-adhérents.