La Principauté de Boisbelle-Henrichemont

Histoire de l'Ancienne Principauté Souveraine de Boisbelle. Villages de Quantilly, Menetou Salon, Henrichemont, Achères. Jadis connue pour ses privilèges, cette enclave était à part du Royaume de France.
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Visite des mégalithes locaux

, 16:24 - Lien permanent

Bravant un temps peu clément, une soixantaine d’adhérents et amis de la Société Historique de Boisbelle s’est retrouvée en ce mois d'avril 2008 au pied du puits de la Place Henri IV à Henrichemont pour partir à la découverte de la Pierre Pointe, le plus vieux « monument » de Ménetou-Salon.

Sortie avril 2008

Le chemin d’accès à partir des Thébaults étant impraticable, c’est grâce à l’autorisation donnée par monsieur Godin, Président de la communauté de communes de Saint Martin que la troupe a pu emprunter le tracé de l’ancienne voie ferrée Bourges Gien et, sous un rayon de soleil inespéré, accéder au mégalithe. Notre incontournable guide Prosper nous a relaté les légendes s’y rattachant avec les trésors enfouis sous la pierre, accessibles seulement une fois l’an.

Puis, sous la houlette de Jean-Claude Gordet, le groupe a rejoint St Georges-sur-Moulon pour affronter courageusement des pentes glissantes permettant d’atteindre les vestiges de l’aqueduc gallo-romain qui canalisait les eaux pures de la fontaine Saint Jacques de Ménetou-Salon à Bourges.

La Pierre à la Femme, toute proche, reçut également la visite des participants. Le président de la Société, Charles Nadvornik, y a indiqué les merveilleuses légendes qui s’y rattachent ainsi que les nombreux bienfaits que cette pierre est capable de distribuer.

Après avoir salué, en passant, la borne ornée d’une croix de Lorraine des Bardys d’en Bas qui y marquait la frontière de l’Ancienne Principauté de Boisbelle, la visite de l’église Notre Dame d’Achères était au programme. Cette petite église est une des plus anciennes du département (11ième siècle) et méritait bien une halte, ne serait-ce que pour utiliser les curieux passages berrichons.

La dernière étape aux Petites Fougères - une surprise ajoutée au programme de cette journée - permit de découvrir une huilerie fermée en 1920 et en cours de restauration, grâce à son propriétaire, M Helleisen.

Enfin, c’est au café du Pic Montaigu que s’est clôturée dans un bonne humeur générale cette agréable journée autour d’un savoureux souper campagnard concocté par M et Mme Fourrichon.