La Principauté de Boisbelle-Henrichemont

Histoire de l'Ancienne Principauté Souveraine de Boisbelle. Villages de Quantilly, Menetou Salon, Henrichemont, Achères. Jadis connue pour ses privilèges, cette enclave était à part du Royaume de France.
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Le pèlerinage à Saint-Jacques : Pourquoi aller à Compostelle en 2014 ?

, 14:54 - Lien permanent

Samedi 8 mars 2014, la salle de la mairie d’Henrichemont était comble pour accueillir le Dr René Durand, président des Amis de St-Jacques pour le Berry, invité par les Amis de la Principauté de Boisbelle-Henrichemont.

Toutes les religions ont leur pèlerinage, les Grecs de l’Antiquité allaient à Delphes, les Hindous vont à Bénarès et les Musulmans à La Mecque. Dès les débuts du Christianisme, les apôtres ont appelé les fidèles à voyager pour porter la bonne parole.

Le conférencier a ensuite raconté l’histoire de Saint-Jacques ainsi que sa légende où l’Espagne tient une place importante : Depuis sa rencontre avec la Vierge à Saragosse jusqu’au transport de sa dépouille à Compostelle en 650.

Le pèlerinage commence au Xè siècle et se poursuit jusqu’au XIIIè siècle (le livre qui décrit les itinéraires date de 1180) puis il perd peu à peu de sa popularité et va s’éteindre totalement au XIXè. Il redémarre en 1950.

En France, il y a 4 voies qui viennent de Paris via Tours, de Vézelay via Limoges, du Puy et d’Arles. Elles convergent en un seul chemin en Espagne, le « Camino Frances ».

Les pélerins sont identifiés par un carton dépliant appelé Créanciale , tamponné chaque jour. A l’arrivée, le pélerin reçoit un diplôme la Compostela signée par un chanoine de la cathédrale de St-Jacques de Compostelle.

Illustrée de nombreuses photographies, la deuxième partie de la causerie a présenté les aspects pratiques d’un chemin de St-Jacques : le profil du Camino Frances, le logement, l’équipement, le prix de revient, la progression du nombre de pélerins (37 en 1973 et 145 000 en 2009 !) .

Conférence fort suivie

L’image du St-Jacques local figurant sur l’un des vitraux de l’église d’Henrichemont a terminé ce passionnant moment.